m gagNée à Nice en 1995, Marie emboite très tôt le pas de son père Jean-Luc, de son grand-père Pierre-Louis, de sa grand-mère Francine, et par conséquent de son arrière grand-père Francis. C’est en effet à onze ans qu’elle foule les planches pour la première fois, dans Santìssimou Bambino. Elle sera ensuite Angélica dans Raça ‘stirassa, Jeroumina dans Chicoulata e virtù, Matilda Spitalieri de Cessole dans Doun van béure li bèstia ?, Chloé dans Nice and Bella, Pisinoua la sirène dans Crònica d’en riba de mar et Victorine jeune dans Victorine et Titoun : mai aquì !

Dès 2012, elle s’implique aussi dans le groupe folklorique Nice la Belle, avec lequel elle danse et chante, dans le comté de Nice comme dans le monde entier. Participant en 2016 à l’élection de la Payse de France, elle est élue Demoiselle d'honneur.

Passionnée par la scène, elle prolonge ses études et bascule du commerce vers l’Université (Arts du spectacle) et le Conservatoire (Art dramatique), avant d’entamer une année en école de théâtre à Londres.

Lorsque le projet de rendre un hommage à Francis Gag à l’occasion des trente ans de sa disparition est évoqué, elle choisit d’écrire Francis Gag, sempre, spectacle qui associera le Théâtre Niçois, Nice la Belle et Solidarité Francis Gag en décembre 2018.

 

philippe testNé à Nice en 1964 dans une famille où l’on parle nissart depuis toujours, Philippe joue du tambour à Nice La Belle, le groupe folklorique fondé par Francis Gag, et participe en tant que musicien à la Marche à Crèche et la Pignata d’or en 1978 et 1979.

En 1980, il interprète le rôle de Filibert, un des jouve de La pignata d’or. Cette Pignata d’or lui offre ensuite au fil du temps les rôles de Jouselet l’amoureux, du 2e paysan, de Sandribèrou le sourcier, du conseiller municipal embriagoun et, en 2014, celui de Barnabèu Sambluquié, le Maire de Ribassière.

En 1981 il est Lou gibous (le bossu) de La marche à la crèche, celui dont la giba - la bosse - disparaît par miracle devant l’enfant Jésus. Cette giba, ballon de baudruche relié par un tube fermé par un bouchon de liège, tantôt se dégonfle trop tôt car le ballon fuit, ou bien ne se dégonfle pas quand le bouchon résiste… Foura de rire.

On l’a vu aussi en inspecteur de police Faiòla dans L’oste de li Dama, en moine ermite dans Segne Blai, en chauffeur de bus Filibert dans La marche à la crèche, en Mestre Garibo dans Ensin va la vida en 2009, en régisseur Clément dans Raça 'stirassa en 2010, en médecin Flourin dans Chicoulata e virtù en 2011 et en Baron Garin de Coconato dans Doun van bèure li bèstia ? en 2013.

Dans Calèna, il interprète l’Anglais Sir John (en franglais), puis le notaire français Boniface.

En 2012, c'est encore un notaire qu'il interprête, mais bègue et farfelu celui-là, Mestre Pergamin dans Lou sartre Matafiéu.

Son père Càrlou, son Fils Rémi et sa nièce Laurie Cayuela sont aussi membres de la troupe.

         

a_marcaisNée en 1987 à Nissa, ben segur, Angélique s'est passionnée précocément pour ses racines. C'est donc tout naturellement qu'elle est devenue membre du groupe folklorique Nice la Belle, fondé par Francis Gag. Fort logiquement, dans la foulée de son frère Jérémie, elle adhère au Théâtre Niçois.

En 2007, elle incarne Janetoun, fille du rebelle adjoint au maire Cardella, amoureuse de Jouselet, fils de Sambluquié le maire de Ribassière, dans La pignata d'or. Elle sera ensuite la belle Fineta, engagée dans La marche la crèche au côté du sergent-fourrier. Jeune paysanne Guilhaumeta, elle épousera ensuite le vieux Segne Blai avant de céder aux avances du page Arnaud (Segne Blai e Guilhaumeta). En 2009, elle tentera de séduire le jeune Adòlfou, jusqu'à l'entraîner de nuit à L'oste de li dama. C'est en Russie qu'en 2009 elle ira jouer Margarida, prête à remettre en cause son union avec son voisin Batistin pour préserver le patrimoine foncier familial, alors même que celui-ci est venu faire sa Demanda en matrimoni. En 2010, jouant Caroulina dans Raça 'stirassa, elle tentera de faire admettre à son vieux grand-père Félis qu'elle aime un jeune Anglais, Sir Toby Stuart. En 2010 encore, Angélique est Virginie, l'épouse du Comte de Venanson, et s'ennuie alors que les Niçois votent, le 16 avril 1860. (Ahì !)

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Dans le cadre de la Sainte-Estelle 2011 célébrée aux Saintes-Maries-de-la-mer, Angélique est choisie par Jean-Luc Gag, Grand Lauréat des Grands Jeux Floraux pour être la Reine du Félibrige, fonction qu'elle va occuper durant sept ans.

Angélica e lou capoulié

Jean-Luc a expliqué ce choix par l'implication d'Angélique dans la défense de la culture et de la tradition niçoises en particulier mais d'oc en général : comédienne au sein de notre troupe depuis de nombreuses années et danseuse au sein du groupe folklorique Nice la Belle fondé par Francis Gag, elle symbolise l'enthousiasme et la force de la jeunesse au service des valeurs défendues à la fois par le Théâtre Niçois et par le Félibrige. Dans son discours en nissart, Angélique a montré avec charme et talent son amour pour sa terre, ses traditions et son parler.

Elle a accompagné le Capoulié du Félibrige Jacques Moutet tout au long des festivités de la Sainte-Estelle, charmant tous les présents par son indéfectible sourire et sa disponibilité sans faille, allant jusqu'à recevoir l'ovation de 4.000 personnes debout, lorsqu'elle est entrée dans les arènes des Saintes, dimanche après-midi.

Angélique est la première Reine niçoise et Jean-Luc le premier Grand Lauréat niçois depuis la création des Grands Jeux Floraux. A travers eux, c'est la tradition qui est honorée, dans la lignée de Francis Gag.

Pour en savoir davantage, lire les articles de Nice-Matin et de tradicioun.org

herveNé en 1961, juriste de formation, Hervé Barelli est devenu historien par passion. Ainsi, il a consacré plusieurs ouvrages à l'histoire de Nice :

Raves, beurre et pissalat, Histoire du congrès et du siège de Nice, de leurs antécédents et de leurs conséquences (1516-1579) - Ed. Serre

Pepin Garibaldi, Le héros niçois - Ed. Serre

Histoire de l'identité niçoise, avec Roger Rocca - Ed. Serre

La cathédrale Sainte-Réparate de Nice - Ed. Serre

Lu grissin dòu Rei Vitour, en collaboration avec Monique Lombardo - Ed. Serre

Vieux-Nice, Guide historique et architectural - Ed. Serre

De même, il a traduit de l'italien la Storia delle Alpi marittime de l'abbé Pierre Gioffredo - Ed. Centre du Patrimoine, Ville de Nice.

Il est l'auteur de nombreux articles et études publiés dans Nice Historique et Lou sourgentin.

C'est au cours de ses multiples discussions avec Jean-Luc Gag que sont nées de nombreuses idées de pièces que le Théâtre Niçois a créées ces dernières années, dont il a effectué la mise en scène : L'oste de li dama, Past en familha, Suchessioun, Santìssimou Bambino, Nouòça, amour e cinemà, Raça 'stirassa, Gusta s'embila et Nice and Bella.

Il a aussi mis en scène les dernières représentations de Lou sartre Matafiéu, de L'or d'en Mascouinat et de Lou vin dei padre (sa première collaboration avec le Théâtre Niçois en 2000, pour laquelle il s'est d'ailleurs livré pour Nice Historique d'Octobre-Décembre 2000 à la rédaction de Notes de mise en scène : Lou vin dei padre, une oeuvre dans le siècle). "Comment Pierre-Louis Gag a-t-il décidé de traduire cette volonté en me confiant une mise en scène nouvelle, sans autre référence ? C'est là un mystère qu'il faut laisser aux affinités électives qui produisent la confiance et l'amitié."

En 2010, il offre sa première comédie dramatique, Ahì !, au Théâtre Niçois et la met en scène dans une série de représentations qui s'inscrivent dans l'année du 150e anniversaire de l'annexion de Nice à la France. En 2013, est proposée au public niçois une série de dix représentations de Doun van bèure li bèstia ?, comédie mettant en scène quelques Niçois éminents du début du XIXe siècle.

En mai 2015, il écrit et met en scène Crònica d'en riba de mar, sa comédie littorale créée par le Théâtre Niçois.

  Avec le soutien de cd06 2016
Ville de Nice cd06 2016