Raça 'stirassa
(avec traduction française)

img_9056
10,00 € l'unité EUR

+

Edition bilingue niçois / français

Un livret broché de 153 pages, au format 13,5 x 21 cm. Couverture souple pelliculée, en couleur. Ed. Serre.

Comédie baroque en 66 scènes de Jean-Luc Gag en niçois, français et un chìcou d'anglais.

Raça ‘stirassa : expression qui manifeste le prolongement d’une lignée. A rapprocher de : Una prunièra noun fa de figa...

Pour cette dixième création du Théâtre Niçois depuis la disparition de son fondateur, il s’agit bien de prolongement de lignées.

C’est d’une part le prolongement de l’oeuvre de Francis Gag, grâce à l’un de ses manuscrits retrouvés. A partir de cette ébauche de traduction d’une comédie de Carlo Goldoni, auteur de théâtre vénitien du XVIIIe siècle, Jean-Luc Gag concrétise l’ultime projet théâtral de son grand-père.Ainsi, avec le fils, Pierre-Louis Gag, et l’arrière-petite-fille, Marie Gag, qui revivent leur lien familial sur scène, Raça ‘stirassa relie quatre générations de Gag dans une joie commune.

C’est d’autre part le prolongement de la lignée du vieux ràchou tyrannique familial Félis, qui à Nice, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, décide de marier sa douce petite-fille Caroulina.

Mais qu’en pense Glaudou, sa pasta-mouòla de fils ? Et Reparata, sa bru au moure dur ? Et Angelica, sa petite-fille cadette testarda ? Et Toby, l’Anglais proumenaire présenté par Rufina la macarèla ?

Quant à Clément, régisseur suisse fùrbou, il cherche à placer son brave pichoun Gaspard.

Et les domestiques, Jouaquin lou ficanas et la généreuse Andriveta ? Ils s’en mêlent !

  Avec le soutien de cd06 2016
Ville de Nice cd06 2016